Accueil / La Compagnie / Frédéric Ferrer

Frédéric Ferrer

Auteur, acteur, metteur en scène et géographe, Frédéric Ferrer crée son premier spectacle en 1994 avec Liberté à Brême de Rainer Werner Fassbinder puis conçoit des spectacles à partir de ses textes où il interroge notamment les figures de la folie avec Apoplexification à l’aide de la râpe à noix de muscade et Pour Wagner et les dérèglements du monde, à travers quatre cycles de créations.

Dans Les chroniques du réchauffement , il propose une exploration des paysages humains du changement climatique. Il a ainsi créé Mauvais Temps (2005), Kyoto Forever (2008), Comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer le réchauffement climatique (2011), et récemment Sunamik Pigialik ? (Que faire ? en inuktitut), son premier spectacle jeune public, qui met en scène les devenirs de l’ours polaire (2014).
Il a présenté à l’automne 2015, à l’occasion de la tenue de la COP 21 à Paris, le spectacle Kyoto Forever 2, second volet de sa mise en jeu des grandes conférences sur le changement climatique, avec huit comédiens internationaux devenus experts de l’ONU.

Parallèlement, Il commence à partir de 2010 la réalisation d’un Atlas de l’anthropocène , cycle artistique de cartographies théâtrales du monde, entre conférence et performance, où il traite de territoires inattendus.
Après À la recherche des canards perdus , Les Vikings et les satellites , Les déterritorialisations du vecteur , Pôle Nord et Wow ! qu’il a présentés dans de nombreux théâtres et festivals en France et à l’étranger, il a créé en décembre 2017 une sixième cartographie, De la morue , en tirant ses filets depuis Saint-Pierre et Miquelon. ll travaille actuellement sur une 7ème cartographie, intitulée Le problème lapin (création prévue en 2021).

Il travaille actuellement sur un nouveau cycle de création, les Borderline(s) Investigations , qui interroge les frontières et les limites du monde. Il créé en 2017 une performance Borderline(s) Investigation #0 (après avoir effectué des vols paraboliques en apesanteur), puis le spectacle Borderline(s) Investigation #1 qui met en jeu - et joue avec - les signaux de l’effondrement. Il prépare actuellement la création de Borderline(s) Investigation #2.

Il a présenté au Festival d’Avignon, Allonger les toits , avec le chorégraphe Simon Tanguy (dans le cadre des « Sujets à Vif » 2015), et Le Sujet des Sujets en 2017, un spectacle créé à l’invitation du Festival et de la SACD pour célébrer le 20ème anniversaire des « Sujets à Vif ».

En 2019, il commence un nouveau cycle en partenariat avec La Villette, Olympicorama , proposition de mise en jeu des jeux olympiques, en plusieurs saisons et plusieurs épreuves jusqu’en 2024, où il invite à chaque fois, entre conférence et rencontre/débat, des personnalités du monde du sport et des champions et championnes olympiques.

Dans sa démarche, et semblable au géographe, qui fut longtemps considéré comme le spécialiste de rien, il aime davantage les frontières que le coeur des disciplines. Non pas la synthèse mais le frottement. Frédéric Ferrer écrit les textes et la dramaturgie des spectacles après un « travail de terrain », qui lui permet d’ancrer ses fictions à partir d’une source documentaire et/ou d’un espace réel. L’espace devient dans ses spectacles le lieu des possibles.

Après avoir dirigé de 2005 à 2015 Les Anciennes Cuisines, une fabrique artistique implantée à l’hôpital psychiatrique de Ville-Evrard, il développe depuis Janvier 2016, Le Vaisseau, un lieu de fabrique implantée au Centre de Réadaptation de Coubert où sont accueillis des artistes en résidence et où sont développées des actions artistiques avec les publics du centre et les habitants du territoire.

Il est Chevalier des Arts et des Lettres et a été Lauréat de l’Aide à la création dramatique du Centre National du Théâtre. 

Galerie
Partager
  • Facebook – LinkedIn — Twitter – Mail